Parole d’alternant.e #1

Parole d’alternant.e #1

Nicolas, 19 ans, mécatronicien en alternance chez Naval Group

Est-ce que tu pourrais me présenter ton parcours scolaire jusqu’à aujourd’hui ?

Depuis très jeune j’ai toujours été attiré par la mécanique. Aussi j’ai suivi une formation Bac Pro en mécanique des véhicules pour particuliers au lycée La Croix Rouge à Brest. Et j’avoue que durant ces années de formation, ce que je préférais avant tout, c’étaient les périodes de stage en entreprise. J’aime l’action et le travail en groupe. J’ai eu la chance de travailler dans un prestigieux garage à Guilers, j’ai appris à réparer des véhicules hauts de gamme et de haute technologie tout cela dans une ambiance de travail conviviale. Mais j’ai voulu continuer à me perfectionner dans le domaine de la mécanique mais appliquée à d’autres domaines, aussi j’ai commencé ma formation en mécatronique navale en alternance à Naval Group.

Pourquoi avoir choisi le secteur de l’industrie navale en particulier ?

Durant les stages réalisés durant mes 3 années d’étude, je me suis rendu compte que les diverses pannes, rencontrées dans le secteur automobile, pouvaient au fil des années devenir trop répétitives. J’avais envie de travailler sur un domaine plus vaste et la mécanique navale me semblait le domaine idéal pour m’épanouir et évoluer. A Naval Group les mécaniciens peuvent travailler sur des domaines tellement différents, bateaux de surface, sous-marins ou autres, que l’on peut continuer à évoluer durant toute sa carrière.

Pourquoi avoir choisi l’alternance ?

Durant mes stages au garage, j’ai d’abord été formé par mon tuteur, puis au fil du temps j’ai appris à travailler seul. J’aime la formation par tutorat, pour moi l’alternance est une immense chance d’apprendre les bons gestes, on est en interaction constante avec son binôme. On évolue très vite et c’est une formation concrète.

Comment as-tu trouvé ton alternance ?

Depuis la classe de 1ère je participe aux différents forums d’orientation et comme j’étais déjà attiré par la réparation navale, j’ai eu la chance de rencontrer un responsable RH sur le stand Naval Group. Dès le premier contact, il a compris ma motivation et m’a conseillé sur ma formation Post Bac en me motivant à m’inscrire en mention complémentaire mécatronique navale. Je l’ai aussi rencontré lors de divers job dating et je pense que c’est grâce à lui si j’ai candidaté.

Qu’est-ce que tu fais aujourd’hui chez ton employeur, sur quoi tu travailles ?

J’ai la chance de travailler au chantier dédié CMT (chasseurs de mines tripartites) à Naval Group et plus précisément dans le service production dirigé par Patrick. On s’occupe de la maintenance des chasseurs de mines basés à Brest. Je travaille surtout en binôme avec les mécaniciens du service Alain et Loïc. Nous intervenons soit en cas de panne ou bien pour réaliser de l’entretien préventif courant du moteur et de ses auxiliaires. On travaille directement dans les bateaux, parfois il faut se faufiler dans des espaces très étroits pour effectuer certaines réparations. Chaque journée est différente, il y a de l’action, j’adore cela.

Quelle image avais-tu de l’industrie navale avant de démarrer cette alternance ?

Habitant près de Brest, je savais que Naval Group était une entreprise dynamique qui employait beaucoup de personnes mais je n’avais pas une idée très précise des métiers que l’on y pratiquait. Je savais en revanche qu’il y avait un vrai esprit d’équipe car mon grand-père y avait travaillé et parlait toujours de ses collègues avec beaucoup d’enthousiasme. J’ai toujours eu l’esprit d’équipe, j’ai joué au rugby en club pendant 10 ans et je dois dire qu’au chantier CMT j’ai retrouvé un vrai esprit de groupe. Les mécaniciens travaillent avec les électriciens, les chaudronniers, on rencontre aussi les marins à bord, les contacts sont nombreux et amicaux.

Comment donnerais-tu envie à quelqu’un de suivre le même parcours que toi ?

Je commencerais par lui dire que si la mécanique l’intéresse, même si comme moi il a suivi une filière orientée véhicules automobiles, la mécanique navale réclame les mêmes qualités de précision, de rigueur et que l’on apprend chaque jour. Surtout je mettrais en avant les atouts de l’alternance. En effet les tuteurs prennent leur rôle très au sérieux et donnent beaucoup de leur temps pour nous former. C’est un excellent moyen pour apprendre, et c’est aussi une vraie fierté lorsque notre tuteur nous laisse ensuite réaliser certaines réparations en totale autonomie. L’univers de la construction / réparation navale ouvre la voie à de nombreuses découvertes.

Comment envisages-tu ton avenir ?

Je terminerai ma formation en août mais je croise les doigts pour que mon aventure dans cette filière puisse se poursuivre. La mécanique navale me passionne, chaque jour j’apprends, j’évolue. Les équipes sont dynamiques, soudées, c’est le moyen idéal pour s’épanouir tant professionnellement que personnellement. Je me vois bien aussi, à mon tour, former les jeunes au métier de mécanicien naval car c’est un métier passionnant et très enrichissant.

Pour en savoir plus sur le métier de mécatronicien, cliquer ici.

Dernières actus

26/10/2020

3 jours sur le NdM Online : Bilan !

Le Campus des Industries Navales (CINav) s’adapte au contexte sanitaire actuel et innove en créant le Navire des Métiers Online. Une première expérience de webinaires...

13/10/2020

Le Navire des Métiers Online vous donne rendez-vous du 20 au 22 octobre !

En marge du salon Euronaval, le Navire des Métiers se réinvente et passe au digital ! L’objectif principal de cette démarche virtuelle reste la même...

08/10/2020

Le journal de bord #4 est en ligne !

Pour le numéro 4 de notre journal de bord, nous avons choisi de mettre en lumière le métier de mécanicien naval. Au travers d’une vidéo, découvrez...

05/10/2020

L’équipe du CINav s’agrandit !

3 ans après sa création l'association a bien grandi, aujourd'hui 9 personnes y travaillent dont Manon Kervella et Marc Deliancourt qui ont renforcé l’équipe depuis peu...

X