Parole d’alternant.e #5

Parole d’alternant.e #5

Niels, 20 ans, alternant chargé d’études fluides et ventilation chez Naval Group.

Pourrais-tu me présenter ton parcours scolaire jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai fait un bac S puis un DUT génie mécanique et productique à Lyon. J’ai fait ma deuxième année de DUT en alternance et aujourd’hui je suis en licence pro construction navale à l’IUT de Lorient.

Pourquoi avoir choisi le secteur de l’industrie navale en particulier ?

Depuis le lycée je suis passionné par le monde maritime et la voile de compétition. Je voulais travailler dans le naval et j’ai vu qu’il y avait plusieurs licences professionnelles en Bretagne qui me permettaient de me spécialiser dans le naval. La construction navale m’intéressait plus que la maintenance qui était proposée à Brest. J’ai donc choisi de faire la licence pro à Lorient par passion pour le monde maritime.

Pourquoi avoir choisi l’alternance ?

Ca m’a permis d’avoir de nouvelles connaissances et d’acquérir de nouvelles compétences. De voir aussi comment ça se passe en entreprise parce que c’est souvent différent de ce que l’on peut voir à l’école. Ca m’a aussi permis de voir si ça me plaisait et finalement ça a été le cas. Ca me semblait important d’avoir cette expérience en entreprise.

Comment as-tu trouvé ton alternance ?

L’année dernière il y a eu un job dating à l’IUT de Lorient spécifiquement pour la licence pro et organisé par l’IUT. Plusieurs entreprises étaient présentes parmi lesquelles les Chantiers de l’Atlantique et Naval Group. C’est là où j’ai rencontré mon tuteur qui recrutait sur le poste où je suis actuellement.

Qu’est-ce que tu fais aujourd’hui chez ton employeur, sur quoi tu travailles ?

Je suis chargé d’études donc c’est de la conception plutôt dans les bureaux. Je travaille dans le service avant-projet. C’est tout ce qui permet de dimensionner et de définir ce qu’on va mettre à bord d’un navire, tous les équipements dont on a besoin. C’est de la pré-conception. Moi en ce moment je travaille sur le retour d’expérience des systèmes fluide, ce qui permet d’analyser les travaux réalisés par le passé et les adapter aux nouvelles technologies ou aux nouveaux besoins du futur navire que l’on va produire. Les fluides ce sont tous les fluides compressibles et incompressibles. Ca peut être l’installation d’air comprimé. Par exemple le sifflet de sirène du bateau est alimenté avec de l’air comprimé. Il va y avoir aussi tout ce qui est en rapport avec l’eau douce à bord. Les marins ont besoin de boire ou de se laver donc c’est aussi un système fluide. Le gasoil qui alimente le moteur et les diesels alternateurs ou l’hélicoptère embarqué à bord d’une frégate par exemple, c’est aussi un des systèmes fluides. La ventilation également.

Quelle image avais-tu de la construction navale avant de démarrer cette alternance ?

Je n’habitais pas en Bretagne mais je m’y intéressais déjà. Je voyais ça comme des chantiers imposants qui étaient assez précis mais je n’imaginais pas qu’on avait besoin d’autant de monde pour construire un navire. Je me disais qu’il devait y avoir pas mal de contraintes techniques mais je ne pensais pas qu’il y en avait autant et que c’était aussi complexe ! A Naval Group par exemple on a toutes les contraintes militaires. C’est pas du tout les mêmes besoins que les navires civils.

Comment donnerais-tu envie à quelqu’un de suivre le même parcours que toi ?

On fabrique des navires qui sont complexes. Donc c’est super intéressant de voir ça. Même si je travaille à une toute petite échelle, je participe à l’élaboration d’un produit technologique qui est assez inédit. C’est quelque chose que j’aime bien parce que c’est lié à la mécanique et que c’est technique.

Comment envisages-tu ton avenir professionnel ?

Je le vois bien dans le monde maritime, enfin dans le monde naval en tout cas. La construction navale ça me plaît bien. Actuellement je suis dans des bureaux d’études. Pour un début je me dis que ça pourrait être bien aussi de travailler en production, en tant que préparateur par exemple, ce qui permettrait d’avoir un travail plus concret. Mais ce que je fais actuellement à Naval Group ça me va bien. Avant tout, ce que je souhaite, c’est de continuer à travailler dans le domaine naval.

Dernières actus

26/10/2020

3 jours sur le NdM Online : Bilan !

Le Campus des Industries Navales (CINav) s’adapte au contexte sanitaire actuel et innove en créant le Navire des Métiers Online. Une première expérience de webinaires...

13/10/2020

Le Navire des Métiers Online vous donne rendez-vous du 20 au 22 octobre !

En marge du salon Euronaval, le Navire des Métiers se réinvente et passe au digital ! L’objectif principal de cette démarche virtuelle reste la même...

08/10/2020

Le journal de bord #4 est en ligne !

Pour le numéro 4 de notre journal de bord, nous avons choisi de mettre en lumière le métier de mécanicien naval. Au travers d’une vidéo, découvrez...

05/10/2020

L’équipe du CINav s’agrandit !

3 ans après sa création l'association a bien grandi, aujourd'hui 9 personnes y travaillent dont Manon Kervella et Marc Deliancourt qui ont renforcé l’équipe depuis peu...

X